Women in French

Log in

À Propos De WiF

Les vingt-cinq premières années

Parce que la plupart de membres de WIF ont découvert l'organisation pendant les années 90, après notre affiliation avec MLA, il semblait utile de rechercher l'histoire de nos premières années. Même celles d'entre nous qui faisaient partie de WIF avant les années 90 ont beaucoup à apprendre - ou à se souvenir. Si quelqu'un peut fournir plus de détails, en particulier concernant les années 80, veuillez contacter Raquelle Bostow, qui assura qu'une version plus complète de l'histoire de WiF est publiée sur le site Web.

Grâce à la bonne mémoire de Lucy Schwartz, et au travail de détective de Cynthia Hahn dans un annuaire téléphonique régional, nous avons retrouvé Lucy Morros, fondatrice de WIF, puis coprésidente avec Jean Hardy Robinson . Lucy Morros a écrit le résumé suivant des années 1977-1980.

« Women in French »: Inspiré par le Coalition of Women in German en 1977

Avec un doctorat en français de Washington University à St. Louis, Lucy Schmitz Morros a été invitée par Women in German à leur conférence à Miami, Ohio en 1977 . Là-bas, elle a parlé de Madame de Staël et de l'impact de la pensée allemande et de la culture allemande sur sa façon de penser aux femmes. L'intensité des discussions au sujet de la littérature et les relations des femmes en Allemagne a incité Lucy à proclamer, d'un style français donc bien dramatique, qu'elle avait l'intention de fonder un groupe national similaire pour les femmes en français. Elle a pris de l'inspiration du caractère intégré de leur travail intellectuel, de la force collective du groupe et de la structure de communication de Women in German. Elle était sûre que les femmes en français auraient intéret au développement d'une organisation similaire.

Women in French: Créé et officialement allié à MLA en 1978

Quelques dizaines de femmes bien energiques se sont rencontrées à MLA en 1978 pour discuter le projet de lancer Women in French. Le consensus était que la création de Women in French servirait pour:

  • Attirer l'attention sur le travail académique de Women in French
  • Créer une organisation qui soutiendrait le networking par des femmes et la collaboration aux études de français
  • Aider les femmes à obtenir une poste au marché académique difficile produit par la récession
  • Connecter intellectuellement et professionellement les femmes  et
  • Pomouvoir le développlement et l'influence des femmes dans le mileu universitaire en célébrant le leadership des femmes aux departements, aux divisions et à l'hiérarchie universitaire. 

Connection à MLA

Le Caucus des Femmes de MLA attirait des femmes de chaque discipline aux sessions à la conférence nationale et les conférences régionales. Malgré la concentration sur les auteures en anglais, le sens de découvert qui a caracterisé beaucoup de sessions a encouragé l'inclusion des œuvres traduites.

Initiellement, WIF était une sous-comité du Caucus des Femmes de MLA. Jean Hardy Robinson, avec un doctorat en français de University of Kansas à Lawrence, et Lucy Schmitz Morros, avec un doctorat en français de Washington University à St. Louis, sont devenues Co-présidentes de Women in French, de 1978 à 1980.

Travaux principaux accomplis pendant les premières années de WIF

Pendant les premières années de WIF on se concentrait en apprenant à se connaître et en partageant nos sujets de recherche.

Notre activité incluait:

  • Le dévélopement de sections de WIF au sein des structures des plus grandes conférences nationales
  • Mettant en practique les sections WIF à la conférences MLA à Chicago, New York et San Francisco
  • Mettant en practique la section  WIF aux conférences de National Women’s Studies Association à University of Indiana et à University of Kansas at Lawrence
  • Soutenant le Bullétin de Recherches Féministes Francophones(BREFF) de Christiane Makward en encourageant nos membres d'y abonner et de faire don d'un abonnement à leurs bibliothèques universitaires et
  • La publication de premier annuaire national de Women in French en 1979
WIF aux années 80 et 90

Des détails au sujet des activités de WIF aux années 80 restent assez incomplète. Lucy Schwartz servait comme présidente en 1983 et était responsable pour avoir rédigé les premiers statuts WIF pendant cette année. Pierrette Daly était présidente de1986 à1989; Lynn Penrod était présidente de 1989 à 1990. En 1986, Lucy Schwartz a créé le bullétin WIF et elle a continué à l'éditer jusqu'à 1989. WIF a sponsorisé des sessions spéciales aux meetings MLA, y compris un siégé par by Lucy Schwartz en 1983 «French Female Poetry: Finding a Feminine Voice. » Emily Guignon servait fidèlement et longtemps comme Trésorière Treasurer pendant cette période. Pendant 1989-1990, la présidente de WIF, Lynn Penrod, et la sécretaire, Adele King, ont fait une application pour la position de Allied Organization avec le MLA. Cette première demande, cependant, a été rejettée parce que les statuts ont dit que WIF était une division de the Women’s Caucus of the MLA, qui était déjà reconnu comme already  Allied Organization. Après le détachement de WIF de Women’s Caucus, la déclaration officiale de WIF comme une association indépendante dans les statuts et une demande renouvellée à MLA, WIF est devenue Allied Organization en 1991.

Comme un organisation alliée, WIF a convenu sa première réunion d'affaires au MLA à San Francisco, célébrant sa nouvelle position - et peut-être séduisant des nouveaux membres en offrant un petit-déjeuner continental gratruit pour les participantes. En février 1992, il y avait plus de 300 membres, doublant dans l'espace de quelques mois. Six mois plus tard, WIF avait bien plus que 400 membres. Mary Anne Garnett a assumé la direction du Bulletin en 1991 et était l'éditrice pour cinq ans, établissant l'excellent niveau maintenu par les éditrices suivantes (Joëlle Vitiello, Catherine Slawy-Sutton, Juliette Rogers, Judy Schaneman, and Marianne Golding). Après 1992, chaque numéro du bulletin a contenu une bibliographie annotée. Des séances WIF régulières, deux fois par an, ont eu lieu commençant avec la conférence annuelle de MLA. WIF a aussi obtenu la position alliée avec tous les chapitres régionaux de MLA qui avait ce type de position. Le chapitre «Midwest» de MLA était le premier a reconnaître WIF de cette manière avec l'aide de Nicole Myer.

Annabelle Rea, présidente de WIF de 1990 à 1995, a édité la première volume de WIF Studies pendant l'été de 1993, avec l'aide de Janis Glasgow et Mary Test, avant de passer la revue à Colette Trout, la vice-présidente nouvellement élue. Colette a formé la première comité de rédaction, sélectionant Adele King, Marie-Pierre Le Hir et Mary Rice-DeFosse comme membres de la comité. Avec la comité, Colette a présenté la critère pour l'évaluation par les paires des soumissions anonymes et a établi le prix d'essai d'étudiantes d'haut-cycle, qui est voté par les membres. Colette et sa comité ont particulièrement travaillé en donnant du feedback à celles qui ont soumis des articles pour considération. Elles étaient de vraies marraines aux étudiantes. A travers le travail de la comité de rédaction, les soumissions à WIF ont augmenté, permettant plus de séléctivité en choissisant les articles, rendant le prix plus compétitif, et établissant des nouvelles rubriques dans le bullétin, comme les critiques littéraires. Quand Colette est devenue la présidente de WIF en décembre de 1995, Adele King a assumé la direction de la publication. Tant de membre de WIF, comme membres de la comité de rédaction ou comme écrivaines, ont contribué au succès de cette bonne revue dont on peut tous être très fières.

Pendant les années 90, beaucoup d'autres ont dédié leurs temps aux activités WIF: Catherine Montfort a créé le Listserv de WIF, Kathryn Murphy-Judy, a créé le premier site web de WIF, Joëlle Vitiello a compilé le deuxième annuaire et Christine Lac le troisième, et Barbara Klaw a assumé le travail difficile de garder une trace de tous les membres, comme trésorière, un poste qu'elle a occupé héroiquement pendant cinq ans. Le Prix d'essai d'étudiante de premier cycle a été établi en 1994, sous la co-direction de Sylvie Rockmore et Lucy Schwartz. Colette Trout a poursuit l'application de WIF pour être considéré comme non imposable jusqu'à sa complétion.

On n'a pas besoin de parler trop de l'histoire récente de WIF parce que la plupart des membres connaissent les dévéloppements pendant le passé récent - plus de collaboration avec WIF-UK; des connectins avec les publications soeurs en France, comme Lunes et Nouvelle Questions Féministes; des stages avec la Bibliothèque Margurite Durand; l'expansion de participation par WIF aux conférences organisées par MLA, CIEF et AATF régionaux, etc.
Annabelle Rea, WIF Chair, 1990-1995

Pour l'histoire des conférences internationales de WIF, veuillez visiter notre page Conférences WIF.


Avec des membres des États-Unis, de France, de Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni, du Canada, de Belgique, d'Irlande, d'Australie, du Cameroun, de Pologne, de Grèce, de Suisse, de Turquie, d'Espagne et d'Italie.

Des Questions?
membership@WomenInFrench.org

Suivre WIF

Powered by Wild Apricot Membership Software